Manufacture d'Orgues Robert Frères

Site conçu et réalisé par Nicolas-Emmanuel ROBERT

Construit en 1860 pour le Grand Orgue et en 1867 pour le Récit, dans un buffet de Pierre MARCHAND datant de 1609, l’orgue de Bourg-Saint-Andéol est le résultat de deux
interventions.
Vers 1860, le vieil orgue provenant de la cathédrale de Vivier fut renouvelé par Merklin et Schutze. En 1867, la fabrique traite avec Vincent Cavaillé pour l’adjonction d’un récit de 7 jeux.
Les travaux ne seront pas réalisés complètement, seulement 4 jeux seront posés : la Flûte douce 8, Flûte Octaviante 4, Voix céleste 8, et Basson hautbois 8.
Malgré des difficultés et des problèmes de relation avec Merklin (qui avait apparemment quitté le chantier sans terminer son œuvre), en 1889 le conseil de fabrique décide cependant
de faire de nouveau appel à lui. Désormais Merklin a une succursale à Lyon pour effectuer des réparations, et par la même occasion il pose la Gambe prévue par Vincent Cavaillé, ainsi qu’une Clarinette 8 de 44 notes sur la chape qui aurait du recevoir la Voix Humaine.
En 1931, Rochesson remplace la gambe du Grand Orgue par un Nazard, retire 76 tuyaux du Plein Jeu et supprime la Flûte Harmonique 8 du Grand Orgue, cependant il complète la
clarinette portée à 56 notes. Après cette intervention, l’instrument à la composition suivante :

Grand-Orgue (56 notes) :
-Montre 8 (Merklin-Schutz)
-Bourdon 16 (Merklin-Schutz)
-Bourdon 8 (Merklin-Schutz)
-Vide (chape de Flûte Harmonique)
-Nazard 2 2/3 (Rochesson)
-Prestant 4 (Merklin-Schutz)
-Doublette 2 (Merklin-Schutz)
-Plein-jeu III-IV (Merklin-Schutz)
-Trompette 8 (Merklin-Schutz)
-Clairon 4 (Merklin-Schutz)

Récit (56 notes) :
-Flûte douce 8 (C2) (Vincent Cavaillé)
-Flûte Octaviante 4 (Vincent Cavaillé)
-Gambe 8 (Merklin et C°)
-Voix Céleste 8 (Vincent Cavaillé)
-Chape vide de Trompette 8
-Basson-Hautbois 8 (Vincent Cavaillé)
-Clarinette 8 (12 basses Rochesson, 42 dessus de Merklin et C°)

Pédale (27 notes) :
-Par emprunt mécanique au Grand-Orgue
-Soubasse 16 (commun au Bourdon 16)
-Vide (commun à la Flûte Harmonique)

A la suite d’une consultation réalisée en 1993, les travaux de restauration sont engagés.
La programme choisi par la commission supérieure consiste en un grand relevage avec restitution et
achèvement de la composition prévue en 1867.
La composition devient donc la suivante :

Grand-Orgue (56 notes) :
-Montre 8 (Merklin-Schutz)
-Bourdon 16 (Merklin-Schutz)
-Bourdon 8 (Merklin-Schutz)
-Flûte Harmonique (neuve)
-Gambe 8 (récupération)

-Prestant 4 (Merklin-Schutz)
-Doublette 2 (Merklin-Schutz)
-Plein-jeu III-IV (Merklin-Schutz)
-Trompette 8 (Merklin-Schutz)
-Clairon 4 (Merklin-Schutz)

Récit (56 notes) :
-Flûte douce 8 (C2) (Vincent Cavaillé)
-Flûte Octaviante 4 (Vincent Cavaillé)
-Gambe 8 (Merklin et C°)
-Voix Céleste 8 (Vincent Cavaillé)
-Trompette 8 (neuve)
-Basson-Hautbois 8 (Vincent Cavaillé)
-Voix Humaine (neuve)

Pédale (27 notes) :
-Par emprunt mécanique au Grand-Orgue
-Soubasse 16 (commun au Bourdon 16)
-Flûte 8 (commun à la Flûte Harmonique)

* La Gambe du Grand Orgue est en fait un ancien Salicional de Merklin provenant de Saint-Genis du Lac (42), donc réutilisée pour remplacer la Gambe disparue).
Le plein jeu est recomplété par des tuyaux neufs d’après la composition de Claude Aubry.

C1 C2 C3 C4 C5
1 1/3 2 2 2/3 4 5 1/3
1 1 1/3 2 2 2/3 4
2/3 1 11/3 2 4
2/3 1 2 2/3 2 2/3

D’une manière générale, l’orgue a été restauré à fond, chaque partie a été systématiquement démontée, restaurée, traitée (métal et bois), étudiée, les garnitures de toutes les
pièces ont été remise à neuf.
Mécanique :
-directe sans machine Barker
-Abrégés couchés sous les sommiers
-Renvois d’équerres

Tirage des jeux : mécanique

Sommiers : à gravures et registres coulissants
- 2 sommiers diatoniques de Merklin et Schutze au G.O
- 1 sommier diatonique perpendiculaire à la façade de Vincent Cavaillé au récit
- 2 sommiers diatoniques de Merklin et Schutze à la pédale

Console : en fenêtre, latérale,
Agrandie sur les côtés pour l’adjonction du récit
2 claviers manuels à bascule de Vincent Cavaillé
pédalier à l’allemande de Merklin et Schutze
tirants de registres ronds avec pastilles de porcelaine de Merklin et C° en fronton des claviers
Soufflerie : grand réservoir à 4 plis compensés dans le soubassement.

La pression de l’instrument est de 105 mm et le diapason de 435 Htz à 15°
L’harmonie s’est faite sans problème majeur pour le Grand Orgue mais le récit fut plus problématique du fait de son inaccessibilité .
L’embouchage relativement propre pour le Grand Orgue l’est moins pour le récit. L’harmonie de ce dernier semble aussi moins soignée que pour le Grand Orgue (défaut que nous nous sommes efforcés de corriger).
A noter que le facteur Claude Jaccard avait contacté en 1995 Dalsbaek pour comparer l’orgue de Bourg-Saint-Andéol avec celui de Guichen (35580) qui semble dater de la même époque et dont certains jeux sont marqués « St Andéol » ou « Bourg-Saint-Andéol ». Cet orgue viendrait de l’église Toussaint de Rennes. Certains jeux de Bourg-Saint-Andéol sont marqués « Rennes » (trompette, boîte C1
corps C1, reprise C1 F#1, prestant C1, clairon C1).