Manufacture d'Orgues Robert Frères

Site conçu et réalisé par Nicolas-Emmanuel ROBERT

Historique de l’orgue :

Vers 1425 : existence d’un orgue dont on ignore tout.
En 1490, on construit un orgue au-dessus du grand portail.
En 1510, Louis Gaudet reconstruit l’orgue qui est reconstruit en 1575.
En 1648, Claude Dupré d’Agen relève l’instrument en ajoutant trois jeux d’anches et un cornet. En 1666, Jacques Levasseur de Nantes relève également l’orgue. En 1732, Adrien Lépine relève à nouveau l’instrument qui sera reconstruit par Jean-Baptiste Micot entre 1760 et 1765
(4claviers/pédalier – 35 jeux).
En 1774, Micot refait l’harmonie et modifie l’orgue jugé insuffisant pour le vaisseau.
En 1827, Nicolas Henry restaure et agrandit l’instrument.
Entre 1865 et 1869, Joseph Merklin reconstruit l’instrument (3 claviers/pédalier – 39 jeux) en gardant le buffet et quelques jeux anciens.
En 1882, Merklin effectue un dépoussiérage et monte l’accord d’1/4 de ton.
En 1892, Gaston Maille démonte, nettoie et révise l’ensemble de l’orgue en modifiant la mécanique.
Au début des années 1930, Puget installe un ventilateur électrique et en 1935 Gloton modifie deux jeux et en ajoute deux autres.
En 1961, Ernest Schwenkedel électrifie et relève partiellement l’instrument.
Entre 1963 et 1971, l’organiste titulaire bricole son instrument.
Entre 1999 et 2007, Patrice Bellet et Franz Lefèvre effectuèrent quelques petites réparations pour maintenir en état de marche l’orgue malade.
En 2008, l’orgue est démonté afin de procéder à une grande restauration. Le chantier est atribué aux facteurs Olivier et Stéphane Robert,
Bernard Hurvy, aidés de Alain Léon. La restauration du buffet est confié à l’atelier de Pascal Quoirin.
Le vendredi 16 septembre 2011, l’orgue est bénit par son Eminence Monseigneur Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et inauguré par
Thierry Escaich.


Descriptif

Buffet en chêne de style Louis XV construit en 1762 par Cessy et Audebert pour recevoir l’orgue de Micot. Polychrome à l’origine, le buffet fut
peint en marron au XIXème siècle puis décapé, ciré et doré en 1960. La dernière restauration a permis de retrouver la couleur rouge et or
d’origine. Le grand corps présente cinq tourelles et quatre plates faces en V et en hémicycle, l’ancien positif de dos reprend la même
disposition avec trois tourelles et deux plates faces. La façade en 12 pieds du grand corps comprend 69 tuyaux d’étain et le positif de dos
en 6 pieds en comprend 51. Le positif de dos est devenu postiche depuis 1869 sur la demande du Conseil de Fabrique. Buffets classés M.H.
depuis 1846. Console séparée dans l’ancien positif de dos. 3 claviers de 56 notes et un pédalier de 32 notes (30 notes au sommier) et 41
jeux. Transmissions électropneumatiques depuis 1961, mécaniques avec assistance Barker depuis la dernière restauration. 5 soufflets à plis
et 10 sommiers. Partie instrumentale classée M.H. depuis le 7 juillet 1987.

Grand Orgue Positif intérieur Récit expressif Pédale
56 notes 56 notes 56 notes 30 notes
Montre 16 Bourdon 16 Bourdon 8 Flûte 16
Bourdon 16 Bourdon 8 Flûte harmonique 8 Soubasse 16
Montre 8 Flûte 8 Dulciane 8 Basse 8
Bourdon 8 Salicional 8 Voix Céleste 8 Flûte 4
Flûte harmonique 8 Flûte 4 Flûte octaviante 4 Bombarde 16
Flûte octaviante 4 Quinte 2 2/3 Cornet V Trompette 8
Prestant 4 Doublette 2 Octavin 2 Clairon 4
Fourniture IV-VI Plein-Jeu IV Clarinette 8
Cornet V Cor anglais 16 Trompette harmonique 8
Bombarde 16 Trompette 8 Basson-Hautbois 8
Trompette 8 Cromorne 8 Voix humaine 8
Clairon 4

Accouplements Pos/GO, Réc/GO, Réc/GO 16, Réc/Pos - Tirasses GO, Pos, Réc - Expression Réc -
Tremolo Réc - Tonnerre



Source : ADORA